Canithérapie

La canithérapie ou zoothérapie

• Le zoothérapeute est une personne qui intervient auprès d’hommes, de femmes, d’adolescent(e)s et d’enfants ayant des difficultés d’ordres physiques, psychiques, psychologiques...

• Le mot zoothérapie est utilisé couramment au Canada. Le mot zoothérapie provient du mot grec "Zoo" qui signifie "animal" et de thérapie qui vient du mot grec "Therapeia" soin, cure.

• En tant que zoothérapeute nous utilisons différents chiens pour intervenir auprès de diverses populations (auprès des personnes âgées, auprès des personnes handicapées physiques ou mentales, auprès des jeunes défavorisés, ou délinquants juvéniles).

• L’animal s’avère un outil précieux. Il n’exige aucune compétence particulière de la part du patient et ne l’oblige à aucune performance. Les personnes accompagnées d’un animal sont perçues comme plus amicales et plus accessibles que les autres. L’animal est un intermédiaire entre les personnes en difficultés et le thérapeute, agent de stimulation, de motivation et de renforcement.

 

L’animal familier permet de :

      • susciter des réactions
      • favoriser la détente
      • créer une relation de confiance

Lors de ses interventions, Angélique Oberson, observe attentivement les attitudes et les comportements des personnes à l’égard de l’animal et les aide à s’exprimer, à développer des capacités physiques, mentales et sociales.

•    L’animal permet également à ces personnes de sortir de leur isolement.

Les principes de la zoothérapie

  • Ne pas placer l’enfant dans des situations d’échecs probables
  • Augmenter progressivement la complexité des apprentissages
  • Optimiser le développement social, affectif, cognitif, sensoriel et moteur de l’enfant
  • Permettre à l’enfant de vivre une expérience positive en compagnie de l’animal
  • Renvoyer à l’enfant une image positive de lui-même
  • Encourager et récompenser toute initiative et réalisation, aussi petite soit-elle
  • Laisser place à l’inattendu et à la surprise de la rencontre. Accueillir ce qui se passe sans attente, ni programme préétabli. Il n’y a aucune performance à atteindre

L’intervenant propose une gamme d’activités en relation directe avec l’animal comme par exemple, le brosser, marcher avec lui, etc… ou en lien indirect si le contact direct est trop difficile dans un premier temps. Il s’agira d’apprivoiser les peurs de l’enfant par des images, des photos, des jeux en relation avec l’animal prédisposé à la rencontre. Les activités proposées doivent être dynamiques afin d’augmenter le niveau d’éveil de l’enfant, maintenir son intérêt et l’encourager à l’action. Elle doit permettre à l’enfant de développer sa coordination motrice, d’augmenter le contrôle de ses émotions, de favoriser ses habiletés de communication, mais également de diminuer son agitation. La stimulation sensorielle par le biais de l’animal permet à l’enfant de se tourner davantage vers le monde extérieur, diminuant ainsi toutes formes de comportements inappropriés et permettant l’augmentation de comportements sociaux plus adéquats. Le chien sert ainsi de médiateur entre le rejet des contacts sociaux et l’acceptation des relations interpersonnelles.

A qui s'adresse la zoothérapie

L’utilisation thérapeutique de l’animal auprès de personnes en difficultés ou en situation de handicap

L’utilisation thérapeutique de l’animal est de plus en plus courante et convient à toute personne présentant des handicaps d’ordre sensoriel, psychologique, intellectuel, physique ou social ou pas.

L’animal dans la vie de toute personne

L’animal fait une entrée précoce dans la vie de l’enfant. Très vite, il fait partie intégrante des représentations de chacun d'entre nous. Il suffit de penser à l’ours en peluche que l’enfant trimbale avec lui, à l’animal des contes de fées, etc…

Les personnes en souffrance se reconnaissent à travers la simplicité du chien, sans éprouver l’incompréhension et le malaise que peut représenter l’univers. Il permet d’entrer plus facilement en contact avec les patients. Il vient à la rencontre de l’humain sans apriori, sans barrière. L’animal ne juge pas, il accepte la personne telle qu’elle est. Il s’agit de permettre à la personne en rupture, ne faisant plus confiance à leur entourage, ni à elle-même, ayant une mauvaise estime de elle-même, de reprendre confiance en se confrontant aux chiens.  Avec le chien, ils apprennent à communiquer et à développer une relation de confiance.

Le pouvoir apaisant et sécurisant de l’animal

Toucher le chien contribue à réduire l’anxiété vécue après une situation de stress. En outre, son pouvoir catalyseur social, favorise les interactions de l’enfant avec les autres.

Au niveau physique, la conduite d’un chien suppose l’apprentissage d’une technique du corps, l’enchaînement de mouvement d’attitudes et de mots. Cette technique sera la base d’une coopération joyeuse avec l’animal.

La capacité d’attention continue et de mémorisation. En collaboration avec le chien, la personne apprend à enchaîner plusieurs exercices de marche au pied, assis, etc… Tout au long des exercices, la personne doit rester attentive au chien, et être en contact avec lui.

Au niveau personnel, la conduite d’un chien permet le développement de l’autonomie. Tant que la personne n’a rien dit ou demandé au chien, celui-ci ne réalise rien ou fait ce qu’il veut. la personne peut s’en trouver frustrée. Elle est alors contrainte d’organiser des gestes et de poser un acte pour engager le chien à travailler avec lui.

Le fait d’apprendre à collaborer avec un chien dans un cadre donné peut contribuer à augmenter la confiance en soi et le sentiment de sa valeur. Lors des séances, la personne est parfois amenée à sortir de lui-même des qualités qu'elle ne soupçonnait peut –être pas.

Par ce biais, nous pouvons nous rendre compte comment les patients gèrent les chiens ainsi que leurs capacités motrices et cérébrales, s’ils sont capables d’être à l’écoute des chiens, de leur rythme ainsi que leurs difficultés.

A la fin de notre mandat, un compte rendu final de notre travail est rédigé à l’attention du mandataire

Les types d'activité thérapeutiques

Les types d’activités thérapeutiques

La thérapie assistée par l’animal

Lors de thérapies assistées par l'animal nous mettons en place un programme d'intervention spécifique en collaboration avec un professionnel (éducateur, ergothérapeute, psychologue...).ou un parent.
 
Les interventions doivent permettre d'atteindre des objectifs spécifiques et prédéfinis en lien avec les difficultés et les besoins de la personne.
 
La durée du programme est déterminée au moment de l'élaboration de celui-ci.
 
A la fin de la prise en charge, un rapport final est élaboré.
 
Exemple d'objectifs :
 
      • Stimulation sensorielle
      • Expression verbale
      • Développer de la confiance en soi
      • Apprendre à faire confiance
      • Capacité à créer un lien
      • Prendre soin d'un animal
      • Diminution de l'agitation
      • Capacité à se centrer sur soi
      • Etc…

L’activité assistée par l’animal

Elle s’effectue individuellement ou en groupe, ce type d’activité permet aux participants d’entrer en contact avec plusieurs animaux. L’intervenant est responsable du déroulement harmonieux et de l’efficacité de la séance qui vise à créer une ambiance chaleureuse et relaxante où, par le biais de l’animal, les participants communiquent avec l’intervenant et/ou avec leur groupe en partageant leurs expériences.

La visite animalière

Il s’agit d’une visite individuelle qui s’effectue habituellement sur une base régulière. L’intervenant se rend à tour de rôle dans les chambres de chaque patient visé, ce qui leur permet un contact privilégié avec le chien.